« Je veux être respecté ! » (ou Les Forçats de la Route)


Durée de lecture : 2mn

Il plane à nouveau un doute sur les performances de toute une équipe au sein du Tour de France.

À bien y réfléchir, je ne me rappelle plus quand il en fut autrement.
Je me souviens des phrases chocs et des déclarations imbéciles… Je me souviens des poubelles de la honte dans les hôtels où dormaient les coureurs… Je me souviens de ces stars déchues qui mentaient encore sans sourciller alors qu’ils avaient été confondus… Je me souviens aussi de ces champions morts dans la force de l’âge pour avoir absorbé un trop plein de substances illicites… Je me souviens, et je reste toujours autant catastrophé devant ces performances frauduleuses données en exemple aux jeunes générations en manque, sinon de héros, tout au moins de repères.

Les techniques pour doper les coups de pédale n’ont de limite que l’imagination de personnes trop avides de rafler des trophées, de recueillir des honneurs, d’augmenter leur notoriété, sans parler de l’épaisseur de leur portefeuille. Tous les moyens sont bons, et à chaque époque, sa recette : substitution de fioles d’urine, transfusion sanguine, rasage à tous les étages, EPO et pot belge, chimie en tout genre… C’est bien connu, les examens de contrôle ont toujours un temps de retard. Voilà pourquoi l’on stocke les échantillons prélevés. Et oui, on ne peut trouver dans les analyses que ce que l’on connait … et cherche !
Aujourd’hui, au-delà des produits, les apprentis sorciers ont progressé sur les techniques de récupération des hommes et la technologie du matériel. Bientôt, on trouvera des implants dans le corps des sportifs… À moins que ce ne soit déjà le cas. Faudrait-il passer les coureurs sous un portique de détection ? On peut franchement se le demander.

Pourtant, il n’en reste pas moins que ces hommes, qui grimpent chaque matin sur leur vélo, sont d’extraordinaires compétiteurs particulièrement durs au mal.
Plus de neuf mois dans l’année, ils s’entraînent inlassablement. Ils participent à des courses que les organisateurs pavent de difficultés toujours plus spectaculaires afin d’attirer le public, les sponsors, et bien évidemment, les recettes télévisuelles.
Moi qui ai mis souvent pied à terre, j’ai halluciné devant ce qu’ont enduré les coureurs sur la première semaine de ce Tour de France.
Comment ne pas saluer le courage de certains qui ont durement chuté, et qui pourtant ont refusé de monter dans une ambulance ou dans la voiture-balai ? Comment ne pas être admiratifs devant ceux qui ont terminé une étape avec une clavicule cassée, voire même deux vertèbres fracturées ?
Je n’ose imaginer les douleurs que le règlement ne permet de soulager qu’avec des granules d’arnica, en complément d’une sécrétion naturelle d’endorphine.
Certes, le cerveau est un organe remarquable pour ceux dont la volonté est inébranlable en ce genre de circonstances. Il y a cependant des limites. Et pourtant, ces hommes les franchissent allègrement chaque jour.

Alors oui ! C’est leur métier de se déchirer sur un vélo. Alors oui ! Ils aiment cela et c’est toute leur vie. Mais ils méritent un respect indéniable pour les frissons qu’ils nous offrent, à nous, amoureux de la petite reine, amateurs éclairés, aficionados de ce sport ou simples spectateurs distraits.
Et enfin, je trouve que ce fier peloton offre un exemple de courage et d’abnégation à tous ceux qui n’ont jamais appris que pour réussir sa vie d’homme, et de femme aussi, au-delà du plaisir et du talent, il faut aussi travailler dur, et savoir le faire en équipe.
Pour tout cela je les respecte, et je l’avoue bien volontiers, je les admire aussi.

Alors, j’espère que celui d’entre eux qui a réclamé haut et fort cette semaine, devant les micros et les caméras du monde entier, « qu’on le respecte », pour le travail fourni et pour les performances extraordinaires qu’il réalisait, oui, j’espère de tout cœur qu’il est tout à fait digne de notre respect !

*****  

Je suis un maso
De la coke plein les naseaux
Je suis un vrai pro

Parfois EPO
Et des trucs tout nouveaux
Mais y’a des agios

Ma longévité
Et cette honnêteté
Plus aucuns coïts

Alors sans peine
Même si elle est petite
Décapite la Reine

Découvrez toutes les illustrations poétiques de Didier Regard

*****

Et toujours : « Clair de Lune«  et « Amour, couleuvres et langoustes« , deux nouvelles à découvrir en cliquant sur ce lien :  « Nouvelles »  ou encore sur le menu de la page d’accueil.
Si vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire, incitez vos amis à s’inscrire sur 
https://launayblog.com/, ou à cliquer sur les alertes LinkedIn et Tweeter (@pascalaunay).
Mais surtout, ne ratez pas le billet de la semaine prochaine et n’hésitez pas à feuilleter les pages de ce blog au gré de vos humeurs.

***
Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de  Copyrightdepot.com

Article suivant
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. A quoi ressemblerait le Tour, si on légalisait le dopage, pour rire un peu : http://vidberg.blog.lemonde.fr/2015/07/20/a-quoi-ressemblerait-le-tour-si-on-legalisait-le-dopage/

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :