Des semaines que l’on redoute …

les semaines que l'on redoute, on a vraiment hâte qu'elles se terminent

À lire et relire les rendez-vous de cette semaine, je tremble façon Force 8 sur l’échelle de Richter. C’est comme cela. Parfois, il y a des semaines que l’on redoute.

Ah, les philosophes de tout poil nous le répètent pourtant assez : « Il faut vivre le moment présent», qu’ils disent. Le passé est révolu, et l’avenir n’existe pas encore. 

Ils nous disent aussi que « cela ne sert à rien de s’inquiéter pour quelque chose que l’on ne peut pas changer ». Ils professent également que « chaque jour suffit sa peine ». D’autres encore pensent vous rassurer en assénant que « Dieu, pour les uns, ou les forces de l’Univers, pour d’autres, ne vous soumet que des situations que nous sommes capables de surmonter » … Et bla, bla, bla … 

Tenez ! J’ai même fait partie de ceux qui pensent que l’optimisme ne fait qu’attirer le positif, et que le pessimisme …

Comme vous le voyez, il y en a pour tout le monde et à toutes les sauces. Mais vous savez quoi, je pourrais aussi vous écrire que « tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse » !

Je n’y peux rien. Cette première semaine de décembre, je la redoute. C’est idiot, mais c’est ainsi.

Alors, vivement lundi prochain pour que je puisse numéroter mes abatis !!!