Confidences sur un 19 janvier bien particulier

Un certain 19 janvier 2019 à Bora Bora

19 janvier. Il y a des dates qui marquent. Un an déjà que notre vie a basculé. En l’espace d’un claquement de doigts. La seconde précédente nous vivions un rêve longuement préparé. Et sans aucun signe avant-coureur, le sort nous a frappé, une nouvelle fois.

Ce qu’il y a eu d’étonnant, malgré la violence de ce qui venait d’arriver, je ne me suis pas rendu compte dans les premières heures de la gravité de ce qui se passait. Je ne voulais pas y croire. Je me suis laissé embarqué, presqu’en spectateur, téléguidé par la gestion des professionnels de l’urgence. Il y a aussi eu les questions auxquelles il fallait répondre et toute l’intendance à organiser à la va-vite.

Pas le temps de se projeter, et c’est heureux. Je crois que cela m’aurait tétanisé. C’est plus tard, au tout premier moment de solitude que la prise de conscience est venue.

Ce soir, tout juste un an après, mon cerveau est en ébullition. Il bouillonne sous le feu de multiples images et de scénettes, qui charrient leur lot d’émotion. Je ne m’y attendais pas vraiment. En tout cas, pas dans de telles proportions. Et à vrai dire, au moment où nous sommes tous résolument tournés sur l’avenir, il s’agit d’un retour sur un passé dont je me serais bien abstenu.