Toto et la Politique


durée de lecture : 3mn 35s

Au collège, Toto fait partie des grands.
Mais dans bien des domaines, Toto est très en avance. Alors il s’ennuie ferme pendant les cours. D’une certaine façon, c’est un peu normal : alors qu’il squatte en 5è, tous ses copains bullent en 3è !
Heureusement, il peut régulièrement « adapter » son emploi du temps – Ben oui, malgré les réformes, il commence à bien connaître le gros du programme – Toto en profite donc pour boire des coups ou fumer des pétards au foyer. Et puis, c’est le seul moment où il peut avoir de véritables discussions avec ses potes : le foot, les meufs, la PlayStation IV, « Assassin’s Creed Unity », … La vraie vie quoi !
Mais en cette fin d’après-midi, la discussion est sérieuse. Figurez-vous que ses camarades ont dû remplir un questionnaire d’orientation !

– Chaque année c’est la même chose, dit Paulo le redoublant. On répond tous à 70% qu’on veut être fonctionnaires, et chaque année, ils nous reposent la même question.
– Ouais, enchaîna Gilou, et le plus con, c’est qu’ils nous demandent pourquoi. Comm’ si on n’était des débiles !
– C’est vrai ça, trop fastoche l’exam’, renchérit Momo. Y a juste à cocher toutes les cases, sauf la dernière…
– Bah c’est quoi la dernière ? demanda Toto.
– C’est la case « Autre ». Celle où t’es obligé de te gratter la tête pour écrire un truc, parç’ que pour le reste, trop kooool ! Vacances, sécurité de l’emploi, horaires, … Comme y dit mon père, « c’est comme dans le cochon, tout est bon ! »
– Waouh ! Les gars … Attention, le Gilou vient de sortir sa vanne de la semaine ! Mort de rire…
– Moi j’hallucine, dit Paulo. J’ comprends pas qu’y s’ doutent pas que les frangins nous ont affranchis.
C’est alors que Momo interpella Toto.
– Mais au fait, et toi Toto, tu les connais toi, les bonnes réponses ?
– Ben moi les gars, c’est pas ça que je répondrai.
– Ah bon, répondirent-ils tous en cœur, abasourdis.
– Nan ! persista Toto en secouant résolument la tête.
– Écoutez voir les gars, y a le Toto qu’a une idée sur son avenir ! Ben alors Toto, accouches… Dis voir c’est quoi ton truc.
– Lui ? ironisa Paulo. Y va agrandir son business. À la sortie du bahut, fini les cours d’école, y va racketter dans son quartier. Alors, c’est sûr, y va devoir embaucher !
– N’import’ quoi ! J’ai l’intention de viv’ vieux, mec. Nan ! Moi, j’ voudrais être politique.
– Ah, ah, ah, …. hi, hi, hi !
Tous les copains se tenaient les côtes, poussant les mimiques à l’exagération.
– Arrêtes Toto, j’en ai mal au bide de tes conneries ! hurla Gilou.
Toto ne se démonta pas et décida d’argumenter.
– Bon ! Alors vous qu’êtes si malins… Vous en connaissez des métiers dans lesquels tu peux venir parler à la télé quand tu veux, même si t’as rien à dire ?
– Ben oui, fit Gilou. Y a mon père ; l’est journaliste. Et super bien payé avec ça ! Et vous savez la meilleure ? Il  répète la même chose toutes les 10 minutes.
– Nan ?! fit Momo.
– J’ te jure ! Et même qui font ça à plusieurs.
– Et un métier, poursuit Toto qui ne lâchait décidément pas l’affaire, un métier où tu peux aller faire tes courses sans payer, parce qu’on te refile tout gratos ou qu’ t’as des larbins qui casquent pour toi? Vous en connaissez vous, des métiers où t’as pas besoin d’avoir un rond en poche ?
– Ah ça oui, rétorqua Paulo. À la maison, nous aussi on mange gratos.
– En même temps, tes parents sont les proprios du restau ! objecta Momo.
Toto commençait à avoir la rage devant l’incompréhension de ses copains. Alors, il décida de frapper fort.
– Puisque tu parles « restau ». J’ vais t’ dire.., tu connais un métier où tu peux manger dans un gastro avec un vieux pote qu’est passé dans la bande d’en face, rien que pour dénoncer ton ancien patron ?
– Oh ben ça, y en a plein, répondit Paulo.
– Ouah, mais c’est des métiers de balances ! fustigea Gilou.
– De bouffons, z’y va ! asséna Momo.
C’est alors que Toto fit monter les enchères.
– Mieux qu’ ça Momo. Imagine que le mec d’en face y t’enregistre exprès pour refiler des tuyaux à d’autres mecs, à l’insu de ton plein gré ! Hein ?
– Comme Jay Lesburnes dans « Vengeance dans la peau ? » s’esclaffa Gilou. … Trop fort !
C’en était fait, Toto avait pris l’ascendant sur ses camarades. Il s’enhardit en prononçant la phrase la plus longue qu’il n’ait jamais faite de sa vie.
– Et un métier où tu peux promettre n’importe quoi, ne pas faire ce que t’as dit, répéter tout et son contraire en un rien de temps, et faire comme si t’avais rien dit ou qu’ tous les autres n’avaient rien capter ?
– Ah ouais, fit Gilou. A ce niveau, c’est de l’art !
Et comme pour assommer définitivement ses copains sous le poids de ses arguments, Toto lâcha triomphalement la deuxième phrase la plus longue qu’il n’avait jamais prononcée.
– Et je vous la fais courte les gars, mais quand t’es politique, t’as pas besoin de savoir compter : parce que dépenser moins d’un milliard pour un truc pas prévu, c’est pas grave ; et tenter de faire moins d’un milliard d’économie, c’est pas la peine, ça compte pas… Et pis c’est pas tout, j’ vous jure les mecs, on peut faire des choses horribles sans jamais être inquiété.
– Mais quelles choses horribles Toto ? demandèrent-ils tous en cœur.
– Tout, mes potos ! Absolument tout ! Mentir, tromper, voler, violer.., et même tuer !
– Arrêtes tes conneries, là t’exagères Toto !
– Sûr que non, mon pote. Et même que si t’es assez con pour te faire choper, tu peux dire que t’es «responsable mais pas coupable». Et pis, quand t’as vraiment fait quecqu’ chose, gros ça comme, dit alors Toto en écartant grand les bras, si jamais t’es condamné, et ben tu peux redevenir ministre un peu plus tard… Et qui sait ? Même, président de la République !
Devant le scepticisme de ses copains, toto se crût obligé d’ajouter :
– Même que c’est vrai, les mecs !

Et Toto, tout en se saisissant d’un ballon, acheva sa démonstration d’un crachat du meilleur effet.
– Bon, et maintenant, on va l’ faire ce foot ?

PS: Mille excuses à tous mes amis fonctionnaires sérieux et compétents, aux   élus honnêtes et soucieux du mieux-être de leurs administrés… Mais fallait que ça sorte !

*****
Tu veux faire quoi ?
Tu sais, plus tard, comme emploi ?
Sans être aux abois

Sans suivre le convoi
Complètement libre de droit
Au dessus des lois…

 Découvrez la suite de l’illustration poétique de Didier REGARD

                                                                      *****
Après « Clair de Lune« , Découvrez « Amour, couleuvres et langoustes« , la 2è Nouvelle que je publie sur ce blog.
Vous pouvez y accéder en cliquant sur ce lien :  « Nouvelles »  ou encore sur la page d’accueil.
Si vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire, incitez vos amis à s’inscrire sur 
https://launayblog.com/, à cliquer sur les alertes LinkedIn ou Tweeter.

Mais surtout.., ne ratez pas celui de la semaine prochaine et n’hésitez pas à voyager dans mon univers, en feuilletant de temps en temps les pages du blog.

***
Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de  Copyrightdepot.com

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :