Faire mon « Coming Out » ou pas ?


Notre monde évolue. Mes points de repère s’estompent au point que cette question intimiste et existentielle, mais un rien opportuniste tout de même, me taraude l’esprit depuis plusieurs mois : Vais-je devoir faire mon « Coming Out »?
J’hésite, je tergiverse, je temporise, j’ergote, je me perds en conjectures.
Et puis, voilà que je tombe par hasard sur la liste des nommés pour les Césars 2014, et surtout sur celle des pronostics réalisés par les spécialistes du genre… cinématographique.
Tout devient alors lumineux. Les Arts, la Culture et le Cinéma, c’est bien connu, sont le reflet et l’expression avant-gardiste des évolutions des mœurs et plus généralement de notre société. Je n’ai qu’à attendre la retransmission de la cérémonie pour trouver la réponse à ma question.

Césars 2014

Vendredi soir, j’étais donc installé devant ma télévision, car j’en étais sûr et certain, quels que soient les résultats, je serais le grand gagnant de la soirée !
Vous ne comprenez pas pourquoi ? Mais c’est très simple : les grands favoris, qui allaient sans nul doute selon la presse éclairée rafler tous les trophées, avaient participé au tournage de « La vie d’Adèle H. », de « L’inconnu du lac », et du film « Les garçons et Guillaume, à table !».
Dans ces conditions, j’y voyais un double bénéfice :
Tout d’abord, moi qui ne vais pas si souvent au cinéma, j’allais pouvoir enfin faire illusion et commenter le palmarès en cinéphile averti, tout en veillant à m’adapter au gré de la sensibilité de mes interlocuteurs. Mais plus important, je savais qu’au cas où le raz-de-marée attendu se produisait, c’était l’occasion ou jamais pour moi de faire entendre ma différence avant d’être démasqué par mon entourage. Et hop, je créais l’événement en annonçant le 1er « Coming Out d’Hétéro » !

Après les publicités et les discours assommants, la cérémonie débute enfin, et très vite, les premières distinctions tiennent toutes leurs promesses. Meilleurs espoirs féminin et masculin, tout va bien. Meilleur premier film, et bingo ! 3 premiers Césars, et les 3 favoris sont chacun récompensés.
En revanche les suivants s’égrainent, et je perds pied peu à peu.
Fort heureusement, Cécile de France recale la cérémonie en lançant une belle déclaration à Scarlett Johansson.
Canon la Scarlett, même si j’avoue n’avoir pas tout compris sur la logique de son César d’honneur…
Ben quoi, vous n’êtes pas surpris ? 29 ans, et sa carrière serait déjà terminée alors que Catherine Deneuve et Michel Bouquet sont toujours obligés de travailler ! J’en suis gêné pour eux … Mais bon, préjugés ! comme ils disent à la télé…
L’horloge tourne, et j’hallucine. C’est le retour des hétéros. J’en suis même tout tourneboulé lorsque c’est au tour du meilleur réalisateur de monter sur scène. Néanmoins, la salle applaudit. Ce sont sans doute des exceptions qui confirment la règle.

La cérémonie se poursuit et compte tenu de mes préoccupations du moment, pour le César des plus beaux costumes (qui n’ont pas dû beaucoup servir dans le film favori) et celui attribué pour les décors (par nature minimaliste pour ce même très très long métrage), j’en conviens comme tout le monde : pas de drame, il n’y a pas débat.
Bientôt tout s’accélère, et … ouf ! Comme prévu, les Césars majeurs sont remportés par l’un de nos favoris.
Bon c’est vrai, il écrase pour l’instant la concurrence.
Les grincheux pourraient même penser à bon droit que, avec 8 nominations et une Palme d’Or au Festival de Cannes, « La vie d’Adèle H. » est le grand perdant.
Tout de même, il y a de quoi être grandement étonné, non ? Quand on sait le monde qu’il faut pour faire un film, que personne n’ait prévenu Monsieur Khechiche que le titre de son film ne conviendrait pas aux académiciens, cela me dépasse.
Tenez ! Même moi qui ne connais pas grand chose au cinéma, j’aurais pu lui parler de César, de Marius et de Fanny. J’aurais pu lui dire que César avait d’abord été avec Cléopâtre et qu’il s’était consolé avec Rosalie, mais qu’au final, ils n’étaient pas restés ensemble. Mais point d’Adèle dans tout cela ! Et enfin, il y a cette erreur impensable… Même les daltoniens savent que le bleu c’est la couleur des garçons !
Alors, pourquoi s’être entêté avec cette couleur ? Les cheveux bleus d’Emma, la chambre bleue d’Adèle, son écharpe. Mais pourquoi donc cette obstination ? Et quand bien même l’erreur existait déjà dans le livre !…,  je reste persuadé qu’il a été mal conseillé ce monsieur. Voilà tout !

Mais je m’égare…
Arrive enfin la remise du dernier et plus prestigieux prix : celui du meilleur film. Comme la salle toute entière, je retiens mon souffle… Le gagnant est …. « Les Garçons et Guillaume, à table ! ».
Yes !!! Je le tiens mon « Coming Out d’Hétéro »
… Mais, … je ne comprends pas … À chaque fois qu’il était monté sur scène, l’auteur avait été parfait. Patatras ! Pour son dernier passage, la boulette ! Il vient de rendre un hommage appuyé à… sa femme ?!

Je dois me rendre à l’évidence. Loin d’obtenir une réponse, je viens de m’infliger une punition :
3 heures interminables à voir se succéder des remises de prix et des sketches à deux balles entrecoupés de blagues belges.
Un étalage tout en trompe-l’œil d’un monde factice, de strass et de paillettes. Un monde, où pour l’occasion, et comme le titrait un film de Jean Yanne, « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Soyez-en sûrs braves gens, un univers où tout le monde s’aime (si l’on excepte une rancune tenace de François Cluzet envers Alain Delon).
On remercie tout le monde : ses collègues, son agent, l’amour de sa vie, ses enfants, son père, sa mère, ses frères et ses sœurs… Oh oh, c’est ça le vrai bonheur… Allez, tous ensemble, les gentils académiciens ! … Oh, oh, oh, oh, …. ! (*)

Pourtant, il y avait cette année une occasion rêvée de vivre un règlement de compte en direct lors de la remise du César de la meilleure actrice dans un second rôle. Les journalistes avaient lancé les hostilités depuis que la liste des nommées avait été révélée. On se serait cru quelques heures avant un match de football opposant le PSG à l’OM. Pensez donc, la présence dans cette liste de la nouvelle maîtresse de notre actuel Président de la République, dont le personnage s’appelle Valérie dans le film « Quai d’Orsay », opposée à la belle-mère de l’ex locataire de l’Élysées. Waouh !!! P….. de scénario !
C’était certain, il y allait avoir du sang sur les planches du théâtre du Châtelet.
Et bien non ! Cruelle déception, les électeurs ont préféré un outsider.
Pour résumer, j’ai vécu « Une sacrée soirée » sur Canal !

Déjà que ce n’était pas gagné, je ne sais pas pourquoi, mais je sens que les esprits ne sont pas encore mûrs : mon « Coming Out d’Hétéro » devra attendre encore un peu.
Mais alors, pourquoi diable me suis-je fourvoyé dans cette galère ? Ah je sais ! En fait, regarder la cérémonie des Césars était ma punition ! La punition pour n’avoir pas télécharger les films du nouveau cinéma français.
Alors, c’est promis juré craché par terre, je téléchargerai « Les Garçons et Guillaume, à table ! ».

Allez, sans rancune les Césars !

(*) http://www.youtube.com/watch?v=76RoKDYYk7c&feature=kp

***

Mon billet d’humeur : c’est un clin d’oeil, une brève de comptoir, une réflexion captée dans l’instant. Vous avez aimé ? Alors partagez-le, et incitez vos amis à s’inscrire sur https://launayblog.com/, et ne ratez pas celui de la semaine prochaine !

***

Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de  CopyrightDepot.com

Article suivant
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Pascal, vous semblez avoir de solides connaissances en cinéma. Moi j’y vais le plus possible. J’avais adoré « Les garçons et Guillaume à table » au point d’en avoir fait un article sur mon blog (dans la rubrique cinéma). Mon amie qui ne connaissait pas G.Gallienne a été enchantée par le jeu époustouflant de l’acteur. Et j’avais une longueur d’avance sur vous car j’avais vu une interview où il avait dit qu’il était marié avec « une femme ». Du reste à la fin du film il annonce à sa mère … je n’en dis pas plus pour laisser la surprise à ceux qui veulent voir le film. !

    J'aime

    Répondre
    • Bonsoir Annette, et merci de lire toujours avec attention mes élucubrations hebdomadaires.
      Concernant cet article, je vous dois une précision : J’ai choisi de me rendre coupable d’un contenu mêlant vérité, mensonge et total contre-pied.
      Ainsi, si je suis certain que vous aviez deviné que je n’avais aucune envie d’effectuer un quelconque « Coming out », il y a en revanche bien des aspects pour lesquels même mon entourage aura des difficultés à discerner le vrai du faux.
      Pour ma part, je me suis beaucoup amusé à passer de l’un à l’autre, ainsi que de travestir certaines de mes pensées.
      Nous sommes bien évidemment d’accord sur un point : Guillaume Galienne a réellement du talent. Et j’ai personnellement admiré sa capacité à transmettre autant d’émotions sur la scène qu’à l’écran.
      À très bientôt sur nos blogs respectifs,
      Pascal

      J'aime

      Répondre
  2. Lise

     /  3 mars 2014

    eh… qu’est ce que vous avez contre les blagues belges à 2 sous ? ‘LOL » comme disent les djeunes.
    signée la Frenchie du Plat Pays

    J'aime

    Répondre
  3. vg-creaction.concept@wanadoo.fr

     /  6 mars 2014

    Quel déjeuner…

    A mon avis pas assez de temps pour ce que je souhaitais que nous échangions. J’espère le plus rapidement possible

    Tes pistes sont les bienvenues. Keep in touch.

    Le mois prochain ?

    Vincent

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :