Une belle et insolite rencontre


Comment ne pas poster cette semaine un billet d’humeur né de ces 7 derniers jours passés au monastère de Ganagobie, (j’ai déjà évoqué ce lieu dans un billet précèdent et pour ceux d’entre vous qui l’auraient inopportunément occulté, vous le trouverez sans peine dans les archives du blog).

Jardin

Donc, nous avons beau être dans un endroit où l’on applique à la lettre le 9e degré d’humilité de la Règle de Saint Benoît, j’y fais souvent de belles rencontres. À bien y réfléchir, j’y fais toujours de belles rencontres…

G. Croix

Le visage de cet homme ne me semble pas totalement inconnu. C’est certain, ce n’est pas la 1re fois que je le croise en ces lieux. Cette semaine, ce sera en revanche la 1re fois que la lune et l’étoile polaire nous donneront l’occasion d’échanger quelques mots.

Mardi 8 octobre
Après le dîner, alors que la porte du monastère vient de se refermer et que, avant d’assister au dernier office de la journée, les retraitants regagnent chacun leur chambre – le confort est certes spartiate, mais le mot cellule n’est pas ici approprié –  je marque un temps d’arrêt, émerveillé par le spectacle qu’offrent la lune et l’étoile du berger sur fond d’un ciel bleu pur et profond.
Une main se pose alors doucement sur mon épaule. L’homme me dit que là d’où il vient, les sages racontent la légende suivante : « Lorsque cette étoile rejoindra la lune, tous les êtres vivants sur la terre seront bénis. »
N’est-ce pas un merveilleux présage pour une belle et insolite rencontre ?

Nous échangeons quelques mots… Pour être plus exact, je lui pose une question par politesse, et lui, bravant le 9e degré d’humilité de la Règle de Saint Benoît, me parle abondamment et à cœur ouvert.

Son histoire est fascinante.
Dès son enfance ses maîtres lui ont appris qu’il fallait s’ouvrir au monde. Au sortir de l’adolescence, il les a pris au mot !
Il a passé plus de 25 années de sa vie à marcher, allant à la rencontre des hommes et des femmes des pays qu’il traversait.
Ainsi, excusez du peu, entièrement autodidacte mais homme au contact aisé, il parle le français, l’anglais, l’italien, l’espagnol et l’arabe.
Un jour sur le quai d’une gare, alors qu’il attend sagement sa correspondance, une personne vêtue tout comme lui d’une sorte de robe, mais la tête nue, le salue et lui fait signe de s’approcher. L’habit de l’homme est marron, le sien est blanc. Le temps de quelques phrases avant qu’un train ne les sépare, il vient de faire connaissance avec le Père Abbé d’un monastère au sein duquel, s’il le désire un jour, le moine lui dit qu’il sera toujours le bienvenu.

G. Porte

Et aussi incongru que cela puisse paraitre, depuis qu’une fin d’après-midi d’automne il a fait tinter la cloche de la grande porte en bois de l’Abbaye, il revient régulièrement faire retraite à Notre Dame de Ganagobie.

Vous l’avez certainement compris, Zinedine est musulman.
Au monastère, ses journées sont très chargées. Pensez donc ! Il assiste à 5 des offices où les moines prient en grégorien, auxquels viennent s’ajouter les 5 prières de sa propre confession. À mes yeux écarquillés, il répond qu’il y a 50 pages consacrées à la Vierge Marie dans le Coran ; c’est d’ailleurs ce qui lui évite de se faire traiter de traître, lorsqu’un autre musulman lui reproche d’entrer dans une église.
Non content de parler 5 langues, c’est un puits de connaissance au langage imagé et capable d’illustrer chacun de ses propos d’une sourate ou d’un extrait d’article paru dans le magazine « Science & Vie »…
Oui mais voilà ! Ici, il faut respecter le 9e degré d’humilité de la Règle de Saint Benoît…

Mercredi 9 octobre
Une légère brise s’est levée ; le temps s’est brutalement rafraichi.
Juste après le 2e office, (les Laudes, pour les connaisseurs), nous sommes 4 retraitants à nous asseoir à la table centrale du réfectoire aux allures de chapelle, où la Règle veut que les hôtes prennent leur repas en compagnie des moines. Zinedine me fait face. Il incline la tête en m’adressant un léger sourire, puis à peine le temps d’un souffle, il se lève et se glisse sans un bruit dans la cuisine.
Lorsqu’à mon tour j’entreprends de laver mon bol et mes couverts, il a déjà rejoint sa chambre.

Bien plus tard, lorsque les hôtes de la Communauté se regrouperont à l’appel du carillon qui signale l’heure du dîner, je comprendrai, ne l’ayant pas croisé de la journée, que Zinedine est parti ce matin vers d’autres contrées.

G. Matin

Allez, par pure charité et vous éviter de rechercher le 9e degré d’humilité de la Règle de Saint Benoît, le voici :
On doit interdire à sa langue de parler. Gardant le silence, on ne doit pas parler jusqu’à ce que l’on soit interrogé, car l’Ecriture enseigne qu’en parlant beaucoup on n’évite pas le péché (Pr. 10,19), et que « l’homme bavard ne va pas droit sur la terre » (Ps. 139, 12).

***

Mon billet d’humeur : c’est un clin d’oeil, une brève de comptoir, une réflexion captée dans l’instant. Vous avez aimé ? Alors partagez-le, et incitez vos amis à s’inscrire sur https://launayblog.com/, et ne ratez pas celui de la semaine prochaine !

Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de  CopyrightDepot.com

Article suivant
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. Lise Delabre

     /  13 octobre 2013

    Je connais quelqu’un qui disait à ses fils : tais toi et écoute car ce que tu vas dire tu le sais déjà mais ce que l’autre va dire tu ne le sais pas encore.

    J'aime

    Répondre
    • Et si le père de l’autre lui a dit la même chose, que se passe-t-il ?

      J'aime

      Répondre
      • Je ne dois pas être dans un bon jour… Je ne comprends pas la question.
        Vous pouvez développer ?

        J'aime

      • Explication : Je lis le commentaire suivant : <>

        …Et l’idée qui m’est venue tout de suite en lisant ce commentaire, c’est que si cette personne faisait cette recommandation-là à ses fils, mais qu’elle venait elle-même à faire des émules (…si bien qu’une une autre personne donne le même conseils à ses propres fils)… et que ces deux fils-là finissent par se rencontrer, ils risquent de se regarder l’un l’autre en chiens de faïence assez longtemps (j’espère avoir été clair ce coup-ci 🙂 )

        J'aime

  2. Nadine

     /  13 octobre 2013

    Merci pour ces moments de détentes Effectivement les rencontres m^mes éphémères, sont quelques fois revigorantes

    Nadine 

    ________________________________

    J'aime

    Répondre
  3. de selle

     /  13 octobre 2013

    Merci pour cette belle rencontre qui grâce à toi, devient un peu la notre…
    Merci pour tous ces précieux partages, pour tout ce qu’ils nous apportent.
    Enfin merci pour ces petits temps qui nous aide à mieux apprécier le temps!

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :