Et si je croisais Jésus, saurais-je Le reconnaître ?


la foule

« Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; c’est l’indifférence des bons. »
Martin Luther King

Il arpente la campagne, les villages et les petites villes. Il traverse des cantons où le chômage règne en maître absolu. Il marche même dans la boue de Grande Synthe.
Il est humble. Il s’intéresse à la vie de ses semblables. Il ne juge pas, il comprend, et même, il pardonne. Et puis, il parle de solidarité et d’amour. Oh oui, il parle beaucoup d’amour !
Peu à peu son discours séduit les désoeuvrés. Ils sont si nombreux ceux qui attendent que l’on s’intéresse vraiment à eux. Ils sont si nombreux ceux qui attendent de pouvoir croire en quelqu’un, en quelque chose, en un avenir où ils pourraient devenir acteurs sans avoir à mendier quelques subsides sous des regards suspicieux.
Bientôt, un aréopage aux multiples personnalités marche dans ses pas. Certains populistes surfent habilement dans son sillage, et tentent de récupérer ses paroles à leur profit.
Habillé sobrement, il utilise les transports en commun. Il prêche dans les gares.
Il traverse des banlieues. Il se risque aussi dans les cités, mais il manque de peu de se faire lapider.
Alors, il participe à des réunions de groupuscules de moins en moins secrètes. Allant et venant dans les milieux publics, il montre sa colère en découvrant l’intérieur des centres commerciaux.
Il révolte certains, il fait aussi peur à d’autres.
Son discours monte peu à peu en puissance. Il est à présent relayé sur les réseaux sociaux.
Marginalisé par l’establishment, peut-être est-il interviewé par quelques journalistes d’investigations.
Enfin, il pénètre au cœur de Paris. Ils sont des milliers à l’avoir suivi.
La presse et les caméras de télévision se font maintenant l’écho d’une marche pacifique, dans un sujet de quelques lignes d’un quotidien ou de trois minutes au journal de 20h00 : une actualité de plus au milieu de faits divers sordides, et avant la météo.
Et encore et toujours, il prêche. Il prêche aux pieds des temples de la finance et sur le parvis de La Défense. Ses pas le mènent sous l’Arc de Triomphe.
Il s’apprête à descendre les Champs Elysées, mais la procession dégénère. Des éléments incontrôlés mettent à sac des magasins et s’en prennent aux ors de la République.
Sur un ordre des plus hauts responsables politiques, la foule est brutalement dispersée et les meneurs arrêtés.
Mais que faire de cet homme aux idées révolutionnaires qui s’obstine à parler de paix, d’amour, de justice, et de fraternité ? Mais, que faire de ce terroriste qui s’en prend au système et à la République ? Et comment le faire taire ? La prison ? La déchéance de nationalité ? Non ! Et pourquoi ne pas le neutraliser, en lui offrant un ministère, ou en le faisant élire au Parlement Européen … Croyez-vous que cela pourrait marcher ?

C’est une terrible succession d’interrogations que la rédaction de cette fiction soulève tout à coup en moi  :
Et s’il s’était agi de Jésus ! Comme des milliers de gens qui sont passés à côté de Lui, il y a 2000 ans, aurais-je su Le reconnaître ? Aurais-je porté attention à Son discours, ou L’aurais-je pris pour un usurpateur, un illuminé, le mentor d’une secte, un gauchiste de la pire espèce, ou encore un habile révolutionnaire ?
N’aurais-je pas tout simplement tourné la tête sans chercher à écouter son message ? … À moins qu’il ne m’ait fallu être le témoin de quelques miracles, pour me décider à Le suivre ?

                   *****
Je me pose de ces questions
Pour être en communion
Faire ma génuflexion

C’est pour améliorer ma perception
M’accuser réception
Et avancer vers le mont Sion

J’envisage une déception
Je ne suis pas dans la bonne direction
Je vais payer l’addition

Sans forcer à l’abnégation
Après toute l’agitation
Je chasse l’apparition

Pas besoin d’homme caution
Je suis ma cohésion
J’écarte la confusion

Ni prophète, ni révélation
J’ai tout en rayon
Il suffit d’y prêter attention

                                                 (Didier Regard)

*****

N’hésitez pas à parcourir les différentes pages de ce blog. Les premiers chapitres de mes livres, deux nouvelles, la Plume de Didier Regard, des paroles de chansons et des liens vers le site musical de Marie : en quelques clics vous découvrirez nos univers.
Et si vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire, incitez vos amis à s’inscrire sur https://launayblog.com/, ou à cliquer sur les alertes LinkedIn et Tweeter (@pascalaunay).
Mais surtout, ne ratez pas le billet de la semaine prochaine !

***

Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :