Surprise ! Aujourd’hui, Didier et Pascal échangent leur place


Inversons les pôles

Au début l’idée est fort séduisante. Face à ton petit cahier, tu te sens bien, …cool… Zen.

Puis, devant ce gouffre immaculé, tu te demandes si c’est finalement une bonne idée ?
Déjà, tu vois que ton encre se dilue sur cette page blanche. Pourtant, t’as pas utilisé de TippEx ou autres effaceurs.
C’est que peut être, tu as un problème de sudation ? Eh bien oui, c’est le cas.
Tu ne le savais pas jusqu’à ce jour. Ça dégouline de ton front en fleuve éclaboussant. C’est chiant et tu te dis qu’il faut que tu gères tes émotions et ton écriture avec une serviette. C’est vraiment chiant !!
Mais bon, c’est comme ça. Tu t’entoures la tête avec ta serviette.

Pourvu que personne ne rentre dans la pièce.

Alors,….. le thème sur lequel tu dois écrire, c’est quoi ?
De quoi tu dois ou veux bien parler, comment interpeller sans sceller ?
Tu reprends la pénultième cigarette de l’informe cartouche qui gît au loin sur le tapis, et tu crois dans cet instant que tu as une idée :
« L’écriture d’un billet d’humeur : ses affres et ses peurs dans sa rédaction ».
C’est trop bon !!!

Viens la transcription sur un « Je » ou un « Tu » pour la rédaction du texte.
Bah, là, tu ne sais pas trop, si tu es trop là, tu n’es plus quelque part, et si tu n’es plus là lorsque tu es partout, c’est déstructurant.
Tu te sens comme un faussaire. Car il faut que ce texte ressemble à s’en méprendre à l’esprit et à l’humanité de Pascal. T’es pas bien. C’est comme le billet de Monopoly, tu sais qu’il est faux mais dans l’instant du jeu, il devient la monnaie d’échange qui donne envie de continuer.

Bon, maintenant, vas-y me dis-je et soit sexy !

OK, mais c’est perso comme démarche et surtout tu dois partir de ton ressenti. Comment, tu partages ? Cela parait bête sans y penser, mais quand tu y penses…
Maintenant pour faire un billet tu n’as plus les contraintes de rimes, plus de tercets avec ses 5/7/5 et ces merveilleux haikus musicaux.
Quelle liberté !!!

Mais, attention, il est important de moduler, c’est une liberté restreinte, car ton/mon objectif est le partage et ne surtout pas chercher l’acceptation du lecteur. Pas de caresse dans le sens du pelage. De toute façon tu as passé l’âge.
Mais tu es humain, parfois, tu es tenté, de par une révolte non tempérée, d’exploser.

C’est donc cela écrire un billet d’humeur ?
L’humeur n’est qu’un état passagé, il est éphémère. La semaine prochaine tout sera oublié.
Houellebecq rentre dans mon corps s’il te plaît, voire dans ma tête…
Le talent n’est pas un exercice. Il n’est juste qu’une fleur qui naît dans notre jardin secret. Après tu décides d’offrir ou pas.

Je me reconcentre, je remonte mon siège d’un cran. Mais, je suis au maximum, c’est moi qui ai pris 10cm de tassement et je ne l’avais pas vu.
Ça y’est c’est la première page que…… je mets dans la corbeille après mon mégot, c’est le réceptacle des idées écaillées, décalées. En fait, je ne sais plus.
Et Pascal, que va-t-il comprendre de mes élucubrations ? Que va-t-il traduire de ce texte ?
Comme lui, je prends le risque de faire confiance à nos cœurs partagés. Pascal décodera avec ce fameux cœur qui inonde toutes nos vies. Je lui fais une totale confiance.
Tiens, je le vois sourire devant son écran !!
Avec toi Pascal !!

Mais revenons à moi (L’écriture c’est aussi bon pour le nombril), Didier REGARD, avec sa mission d’écriture de billet et son pari insensé. Un peu de cran !! (Rime avec écran). Il faut trouver le mot juste pour conclure.
Mais là, ça coince d’autant que je n’ai plus de cigarette. Tremblement….

Et si je faisais un autre texte. Je jette l’avant. Il est décevant. Je dois faire autre chose, dire autre chose… Cela sera forcément mieux.
Je reprendrai ma copie demain pour la recopier sur mon portable avec une nouvelle cartouche…..d’encre.

     Didier Regard

*****

Humer l’air d’une brève du temps
Partager un sentiment,
Sur le blog livrer ses tripes
Quel angoissant mais sacré trip !

Au-delà du calvaire
La peur de mal faire,
Pas un peine à écrire,
Mais des vers s’affranchir.

Laisser son cœur exploser
ou « Tippexer » ses idées ?
« Tu » oscilles, « je » balance,
Aurons-nous une autre chance ?

Mais à quoi bon suer sang et eau
Pour pisser rien moins que des mots,
Plutôt que sur un billet d’humeur trimer,
Cigarettes, whisky, et petites pépés !

  Pascal 

*****

N’hésitez pas à parcourir les différentes pages de ce blog. Les premiers chapitres de mes livres, deux nouvelles, la Plume de Didier Regard, des paroles de chansons et des liens vers le site musical de Marie : en quelques clics vous découvrirez nos univers.
Et si vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire, incitez vos amis à s’inscrire sur https://launayblog.com/, ou à cliquer sur les alertes LinkedIn et Tweeter (@pascalaunay).
Mais surtout, ne ratez pas le billet de dimanche prochain !

***

Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. bravo les écrivains…

    J'aime

    Réponse
  2. Woah! Super billet Didier! 🙂

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :