Un petit Ressort s’est cassé


Durée de lecture : Moins de 3 mn

Ce n’est un secret pour personne, chacun sait que dans toute forme de relation, il existe des hauts et des bas, des lunes de miel et des coups de blues, des coups de gueule et des non-dits.
Pourtant, je vais vous faire une confidence : à 55 ans, ces aléas peuvent encore être pour moi autant de bonnes surprises que de déceptions.
C’est peut-être bon signe. Cela veut certainement dire que je crois encore à la possibilité d’existence de liens sincères et durables entre les hommes (et les femmes, bien sûr !).

En amitié, j’ai toujours pensé que c’était la qualité plutôt que la fréquence d’une relation qui était déterminante sur la durée. Une relation basée sur la confiance, la transparence et le partage, a plus de chance de résister lorsque, immanquablement, l’adversité survient.
Dans le monde professionnel, c’est un peu la même chose. D’ailleurs, depuis une trentaine d’années, on a mesuré à quel point la nature des relations humaines était prépondérante.
Toutefois, si on choisit le plus souvent ses collaborateurs, c’est rarement le cas pour son patron et encore moins ses collègues. Au demeurant, il faut bien travailler ensemble.
Alors, avec l’avènement des temps modernes, l’explosion des modes de communication et l’arrivée des générations X, Y, et bientôt Z, on a écrit une multitude de livres de management … Et ce n’est pas fini !
À mon humble avis, on n’a rien fait de mieux pour voir une équipe réussir que de faire en sorte que tous partagent et adhèrent à un projet commun, que chacun ait envie de travailler au sein du groupe, d’apprendre des autres, et surtout, oui, surtout, y prenne du plaisir.
Cependant certains souligneront, non sans malice, que l’individualisme et la force de l’ego favorisent l’esprit d’initiative. Ils relèveront également que ces deux traits de caractère peuvent être à la source d’abandon de procédures désuètes et pénalisantes pour le développement et l’innovation.
Certes ! Néanmoins, ces mêmes traits de caractères peuvent à l’inverse dégénérer en égoïsme inutile et en narcissisme contre-productif.
Tout réside donc dans le dosage, mais sans aucun doute, l’humilité et l’altruisme ont du bon, car quelle que soit la valeur de ses individualités, il y a fort à parier qu’une équipe ne progressera pas, et n’atteindra pas ses objectifs, si elle joue sans cohérence, sans plaisir ou sans envie.

Pétri de ces convictions, une mésaventure m’a pourtant cueilli comme peut l’être un coquelicot insouciant au beau milieu d’un champ de blé. Je pensais avoir réalisé une alchimie professionnelle, mais celle-ci s’est avéré être une illusion.
J’ai conscience d’avoir péché par excès de confiance en moi, en l’autre aussi, mais c’est désormais un fait : l’enthousiasme a disparu, et je ne trouve plus le ressort qui relancerait l’énergie et la motivation. La flamme s’est peu à peu affaiblie, et parce que j’ai été incapable de continuer à la faire danser en moi, elle s’est éteinte.
Pas dramatique, mais ce sont des choses qui arrivent.

Ne me demandez pas comment cela m’est venu à l’esprit – peut-être est-ce tout simplement le résultat d’une nuit grandement perturbée – mais mon cerveau a établi un parallèle entre cette liaison déliquescente et le désamour qui s’est peu à peu installé, entre les techniques marketing modernes et les clients auxquels elles s’adressent.
Quel rapport ? Sans doute qu’à s’être trop centrées sur elles-mêmes et qu’à s’appuyer sur de fausses promesses, elles ont trop tiré sur le ressort, et celui-ci s’est cassé.
Vous ne saisissez pas ? Laissez-moi donc oser une illustration concrète :
Alors qu’elles régnaient sur leur marché, certaines marques ont été obligées de faire de très gros efforts depuis que leur chiffre d’affaires s’est vu grignoté par des produits génériques ou des marques de distributeur. Elles ont dû redoubler d’innovations, pour se rendre toujours autant désirables, avec plus ou moins de bonheur.
C’est ce qu’ont fait, « LU » avec son packaging à tiroirs, « Nespresso » avec ses machines de couleurs et sa gamme hallucinante de capsules de café, « Fiat » avec son « pot de yaourt » relooké (la Fiat 500), et « Danone » qui a totalement repensé son (vrai) pot de yaourt afin de permettre à ses clients d’améliorer la maniabilité de leur petite cuillère, au cours de leur expérience gustative… Waouh !!!
Seulement certaines marques et pas d’autres – je serai charitable en taisant leur nom – ont compris que cela ne suffisait plus !
En effet, les clients ne sont plus seulement exigeants. Ils ne demandent plus exclusivement de bons produits, de l’efficacité, ou qu’on leur vende du rêve. Non ! Ils veulent de la reconnaissance, de la considération, et de la sincérité. Ils veulent que les marques s’engagent pour l’environnement, pour des valeurs morales et sociales. Ils rejettent en bloc les artifices et les actes superficiels, et tout ce qui pourrait faire croire à de la duperie, du dédain ou de la manipulation.

Ce n’est peut-être pas très clair, et vous vous demandez certainement où je veux en venir.
Et bien c’est tout simple. Dans la vie, et dans nos relations aux autres, parfois nous sommes la marque, parfois nous sommes les clients. Et à cette évidence, s’ajoute un léger détail : tout le monde est constamment le client de quelqu’un…
Encore faut-il avoir la sagesse et l’humilité de le reconnaître 

« Dans la boîte à musique
Un petit ressort s’est cassé…
Et l’air est toujours le même
Mais la musique a changé! »

Jacques Prévert

*****  

Moi, client de personne       
C’est pourquoi je rayonne
Qu’est-ce que je donne ?

Ça papillonne … 
Rythme de la chaconne  
Tout m’abandonne       

Pas de challenge
Au douillet dans mes langes
Lové dans l’ange

Je suis personne
Qu’Ulysse me pardonne
C’est maldonne

Dans l’adversité
De cette montre cassée 
Un ressort est clé

Découvrez toutes les illustrations poétiques de Didier Regard

*****

Et toujours : « Clair de Lune«  et « Amour, couleuvres et langoustes« , deux nouvelles à découvrir en cliquant sur ce lien :  « Nouvelles »  ou encore sur le menu de la page d’accueil.
Si vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire, incitez vos amis à s’inscrire sur 
https://launayblog.com/, ou à cliquer sur les alertes LinkedIn et Tweeter (@pascalaunay).
Mais surtout, ne ratez pas le billet de la semaine prochaine et n’hésitez pas à feuilleter les pages de ce blog au gré de vos humeurs.

***
Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de  Copyrightdepot.com

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :