Marre des Hypocrisies bien pensantes !

Un journaliste israélien marche pendant 10 heures dans les rues de Paris et sa banlieue portant une kippa et une tunique traditionnelle juive.
Il en tire 1mn 30 de reportage, un concentré de réactions antisémites, qui fait le tour du web et des journaux télévisés. C’est aussi un nouveau plaidoyer pour inciter les juifs de France à quitter leur pays. Le pauvre, il aurait eu très peur à Barbès et dans certains quartiers de Saint-Denis.
Mais qu’entend-il prouver ?
À moins que je n’y aille pour acheter du shit, il m’est tout aussi impossible d’entrer dans une cité sans me faire insulter, cracher dessus, voire même dépouiller.

Je ne connais pas un citoyen français, laïc, athée, ou de quelconque confession religieuse, qui endure avec légèreté la présence de l’armée à sa porte, dans le périmètre de sécurité des écoles privées juives et des synagogues. Et oui, je n’évoque pas ici le seul relent nauséabond des années 30. Il n’y a pas que Barbès que l’on fuit. Très concrètement, quand on habite certains quartiers de Paris, Vincennes ou Saint-Mandé, on ne pense plus qu’à une seule chose : déménager !
Arrêtons l’hypocrisie, ouvrons les yeux ! En France, il y a des cités interdites, des quartiers juifs, musulmans (ou arabes … je ne sais plus ce qu’il faut dire), africains, chinois, … Autant de communautés qui revendiquent leur identité et leurs différences en recréant un « chez soi », un style de vie ou un bout de leur pays d’origine (que certains n’ont même pas connu), avec leurs codes, leurs rites et même leurs propres lois. Et bien évidemment, dans ces quartiers il vaut mieux se couler dans le moule et se fondre dans la couleur locale. Il vaut mieux s’intégrer, ou partir… (Joli anachronisme).

À lire aussi : http://w.lpnt.fr/1907222t #Société via @LePoint

Stigmatisez mes propos si vous le souhaitez ! Traitez-moi de raciste si vous pensez que d’écrire ces vérités fait de moi un odieux sectaire !
Intégration ? Vivre ensemble ? Mais qui en a vraiment envie ? La communauté régnante qui habite le coeur de Paris, les 5è ou 6è arrondissements ou dans tous les quartiers chics et résidentiels de province ?… Moi ? … Et bien non, désolé !
En 2000, je n’ai pas décidé de quitter Paris pour aller vivre en Israël : je ne suis pas juif. En revanche, j’ai préféré que mes enfants grandissent dans la campagne aixoise ! Pas très courageux, je vous l’accorde, mais terriblement lucide.