Obésité et développement personnel : 2 terrains de jeu favoris des charlatans


 

Pietro Longhi, Le Charlatan (1757)

 

Parmi les problématiques qui mobilisent tous les intérêts, l’obésité et le développement personnel sont celles qui attisent le plus de convoitise. C’est que, comme vous le savez, la taille du marché est énorme.

Ces deux préoccupations ont pour avantage principal le fait qu’il n’est pas besoin d’avoir une formation solide, ni une expertise particulière. Il faut juste un peu d’imagination pour se construire une « légende », et s’auréoler de hauts-faits et de titres ronflants. Pour le reste, quelques heures suffiront pour compulser quelques ouvrages sérieux, et en tirer une synthèse mitonnée à sa propre sauce.
Ainsi, n’importe qui peut s’introniser « grand spécialiste de la chose ». On peut s’improviser comme le champion d’une méthode infaillible pour maigrir. On peut aussi distiller de doctes recettes pour renforcer la confiance en soi, la maîtrise des émotions, le leadership, …

On ne compte plus les livres de médecins défroqués, d’artistes ayant acquis une petite célébrité, ni-même de « marketeurs » professionnels. À grand renfort de publicité, ils font les choux gras d’éditeurs et de distributeurs en mal de tirage. On ne compte plus les vidéos et les conférences de personnes n’ayant pour seul talent que leurs aptitudes de show man, au masculin ou au féminin.

Sur internet, un média peu onéreux, on est submergé de messages mitraillettes qui inondent nos boîtes mails. De parfaits inconnus, ou les héros d’un microcosme d’illuminés, s’y présentent tels des altruistes bienveillants. Ils offrent du contenu « gratuit » pour, assurent-ils, retrouver une taille de guêpe ou vous rendre meilleur.
La mécanique est bien huilée. Ils harponnent le chaland en lui soutirant une adresse de messagerie, pour mieux le harceler jusqu’à lui vendre, à l’usure, une méthode ou une formation miracle.
Les techniques utilisées existent depuis la nuit des temps. Ce sont celles des camelots officiant sur les marchés, à ceci près qu’elles sont numériques. Vous ne connaissez pas ces techniques ? Qu’à cela ne tienne ! Les mêmes vont vous vendre une formation pour les acquérir. Pourquoi faire ? Mais évidemment pour faire profiter le maximum de personnes de votre talent… Et surtout, oh oui surtout, pour vous permettre de gagner de l’argent rapidement sans trop d’effort. « C’est juré, craché par terre, si je mens je vais en enfer ! »
Et voyez-vous, plus la ficelle est grosse, mieux cela marche.

Vous vous demandez certainement quelle mouche m’a piqué cette semaine, pour que je me lance dans cette charge véhémente.
« Rien de nouveau dans cet aspect mercantile du monde tel qu’il tourne depuis de nombreuses décennies », auriez-vous raison de rétorquer !
Eh bien, hier, c’était mon anniversaire. En entrant dans ma soixantième année, je me suis posé, comme beaucoup à ce stade de la vie, quelques questions : « qui suis-je, à qui et à quoi suis-je utile, où vais-je, … » Bref, bien des questions qui peuvent avoir trait, non pas à mon poids, mais à mon développement personnel.
Je n’ai pas toutes les réponses, mais ce dont je suis certain, c’est que celles qui me manquent ne me seront pas données en appliquant les recettes éculées de tous ces experts d’opérette.
Mais alors, devant une telle certitude, pourquoi cette soudaine colère ?
Je sais bien que, en toute chose, y compris quant à notre développement personnel, il nous appartient de dégager le bon grain de l’ivraie. Mais si l’on excepte le cas désespéré des gogos toujours prêts à prendre des vessies pour des lanternes, est-ce si facile de réaliser cet exercice quand justement l’on est en état de faiblesse psychologique ? Non, bien sûr ! Et c’est justement ce sur quoi comptent les charlatans. Grrr !!!

*****

À l’initiative de ce billet d’humeur, le poème de Didier Regard 

Le développement personnel

Dans l’arbre du partage
Ou un vent s’engouffre
Ton souffle maquille son tronc

T’es seul sur ta branche
T’équilibrant lorsqu’elle penche
Pour assumer ta revanche

Qu’importe l’âge
Ou que l’autre souffre
Ton nombril est au front

Quand tu seras développé
Dans ton personnalisé
L’indivi sera ta pensée

Il manquera une étape
Avant de faire ta retape
Des fruits de tes agapes

Celle de te centrer sur l’autre
Celui qui souffre par sa faute
De n’avoir pas pris l’antidote

Et que ton personnel
N’a rien d’essentiel
Mais que c’est l’autre qui est le miel

Découvrez les poèmes de Didier Regard et aussi ses tercets

*****

Vagabondez dans mon univers, vous découvrirez des nouvelles et des romans, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie. Aimez, commentez et partagez sans modération, et surtout, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains billets !

Le contenu de Launayblog est sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com
Article précédent
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. T’en fais pas Pascal : l’âge n’est qu’un concept statistique. Tu es bien placé pour savoir que la vraie vie ne se trouve pas sous les chiffres et encore moins dans les probabilités…
    Et pour le reste tu as 100% raison

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :