Des goûts et des couleurs, on ne discute pas !


« Des goûts et des couleurs, on ne discute (ou dispute) pas … Tous les goûts sont dans la nature … Autant de têtes, autant de milliers de goûts ou d’avis différents … Chacun peut avoir légitimement ses goûts et ses couleurs, et il est attentatoire à la liberté individuelle d’y mettre obstacle, si, toutefois, la satisfaction de ces goûts et de ces penchants ne doit pas nuire à autrui… » De Horace à Virgile, du Moyen Âge à Voltaire, voilà un adage que l’on nous a servi à toutes les sauces. Il n’y a guère que Nietzsche et ses apôtres qui se sont dépêchés d’ajouter : « Et pourtant, on ne fait que cela ! ».
Et oui mes amis, vous êtes-vous rendus compte à quel point cette maxime, « À chacun ses goûts et ses couleurs », s’est vue grignotée, décennies après décennies, comme une pomme est croquée avec obstination jusqu’au trognon ? Je vous le dis tout de go, nous sommes sous influence. De nos jours, des études sont commandées non plus pour nous sonder, mais pour orienter délibérément nos choix !

Autrefois, les marques se contentaient d’acheter ou d’échanger des fichiers ciblant le même type de consommateurs. Aujourd’hui, notre utilisation d’internet a bouleversé les codes. Les moteurs de recherches, les algorithmes du SEO de Google et de ses cousins du GAFA, les cookies, et les influenceurs, … bien des traqueurs pernicieux ont pris le relais.

Vous croyez avoir toujours préféré le bleu, et vous vous apercevez que vous avez régulièrement craqué pour la couleur tendance du moment. Vous croyez avoir fait une bonne affaire, et vous avez acheté la suggestion qui vous a été astucieusement suggérée. Pourquoi ? Et bien parce que les personnes qui ont acheté ce fer à repasser ont également acheté la lessive « 10 en 1, parce que vous le valez bien ! ».

La pression se veut de plus en plus forte. On joue sur votre manque de temps, sur votre paresse, et surtout sur l’aspect social et sociétal. On diffuse la peur. Celle de manquer, celle de ne pas réussir, celle de n’être pas dans le coup, celle de n’être pas comme les autres… On distille même de fausses appréciations de pseudo consommateurs.

Vous vous dites certainement « Mais quelle mouche pique ce vieux rabat-joie ? Rien de bien nouveau dans ce qu’il écrit ! On sait tout cela, et puis, n’est-ce pas agréable d’être informé, d’être reconnu, et de temps en temps de se faire draguer ? Aucun problème, nous sommes conscients des tentatives d’influence dont nous faisons l’objet. Oui, nous les maîtrisons et nous les contrôlons ! Et au final, nous décidons bel et bien en fonction de nos préférences, de nos goûts, et de nos couleurs… »
Erreurs mes amis ! C’est sans compter la perfidie des as du consumérisme. Savez-vous par exemple que ces champions utilisent des techniques de plus en plus élaborées. Ils sont derrière bon nombre d’études menées avec le support de spécialistes en tout genre et de neuroscientifiques. Des tests de consommateurs se font dans le plus grand secret de laboratoires de plus en plus sophistiqués. Casque à électrodes sur la tête, ils font défiler sous leurs yeux les images, les produits, les techniques de vente, … tout ce qui déclenche dans notre cerveau une réaction est observé. L’acte de décision est analysé, épluché, disséqué. Quelles zones sont activées ? Comment les émotions naissent ? Comment solliciter le plus discrètement possible les sens : la vue, l’odorat, l’ouïe et le goût bien sûr, mais aussi le toucher. Tout est bon pour peser sur nos choix.

Et puis, il y a aussi les pièges grossiers. Les initiatives industrielles que l’on nous fait passer pour artisanales.
Ainsi, on connaissait déjà l’astuce des boulangers qui diffusent des odeurs de pain chaud et de viennoiseries devant leur pas de porte ou dans les travées des centres commerciaux. Mais voilà que des viticulteurs corses franchissent un pas improbable. Depuis l’année dernière, ils produisent un vin rosé … bleu !
Et figurez-vous que, la main sur le cœur, ils déclarent sans rire qu’il s’agit d’une erreur tout en expliquant comment ils s’y sont pris :
« Les vignes sont vendangées de nuit, pour éviter la montée trop rapide en température, pression à froid », jusque-là, rien de très nouveau. L’assemblage ? « Un cépage blanc, le vermentinu, que l’on fait macérer avec des peaux de raisin noir« , classique ! « Nourri par les minéraux naturels, des herbes et des algues », vous voyez bien comme rien ne pouvait laisser présager la bévue… Seulement voilà ! Ils ont décidé de laver les raisins à l’eau de mer et puis quelques autres manipulations qu’ils préfèrent garder secrètes … Le tout, bien sûr, protégé par le dépôt d’un brevet. Et puis, oh surprise, le nectar obtenu est devenu bleu !!! Pas rosé avec des reflets bleus. Non, non, non ! Bleu des Caraïbes, comme la mer. Oh, la boulette ! Oh, la vilaine erreur involontaire ! … Et vous savez quoi ? L’effet s’est reproduit cette année. 40.000 bouteilles… Des bouteilles que l’on peut trouver dans certains restaurants corses, mais qui sont surtout destinées au marché américain, à Dubaï et en Chine… C’est bête, hein ? …

Et c’est vraiment pas de chance ! Figurez-vous que l’année dernière, des espagnols avaient aussi fait la même boulette. Un vin tout aussi bleu, au goût de cerise, de fruit de la passion et de mangue, commercialisé en grande pompe chez les « bons cavistes » par un distributeur sétois, avant bien évidemment d’inonder les rayons de la grande distribution. La tuile, quoi !

Tiens ! J’y pense tout à coup. Dites-moi monsieur Ricard, à quand le Pastis rosé ?

*****

Le prolongement de ce billet d’humeur par Didier Regard 

Chaque jour, tu plonges
Sans ta serviette éponge
Quand tu sors du bain des songes
Un noir fluo te ronge

C’est la sérendipité !!
Mais cette fois inversée
On a cherché pour trouver
Le mensonge à diffuser

Et, toi en bon gogo
Quand on te dit « Go »
En flattant ton ego
Tu fonces en détournant l’embargo

T’as du nouveau
T’es noir de peau
Mais surtout, fluo
Alors tu te retrempes dans l’eau

Au summum de l’idiot

Découvrez les poèmes de Didier Regard et aussi ses tercets

*****

Vagabondez dans mon univers, vous découvrirez des nouvelles et des romans, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie. Aimez, commentez et partagez sans modération, et surtout, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains billets !

Le contenu de Launayblog est sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

 

Article précédent
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Clement Loné

     /  9 septembre 2018

    Bon sujet, as tu vu la publicité d’intermarché sur le gout des couleurs?
    Une pub géniale, pour une fois.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :