Quand l’inspiration vient …


Au début, il s’agit de faire le tri entre trois ou quatre projets de romans. J’ai toujours plusieurs projets en tête. Parfois même, j’ai déjà ouvert une chemise cartonnée où je classe quelques documents au gré de mes lectures.
Il n’y parait pas, mais le choix est souvent cornélien. Les idées se font séduisantes. On dirait qu’elles me font la cour pour que je choisisse celle-ci, ou celle-là, plutôt qu’une autre … À moins que ce ne soit l’inverse.
Et puis, je m’aperçois tout doucement que chacune de mes pensées convergent vers le même thème.

Ensuite ? Plus rien ! Je laisse reposer les mots jusqu’à ce qu’un premier jet naisse, simplement pour me rendre compte si l’histoire tient la route. Une dizaine de pages que je vais peaufiner jusqu’à ce que j’en sois satisfait. Et c’est alors qu’un titre apparaît.
Un véritable acte fondateur. Ce titre va donner un corps autant qu’une âme à l’enfant à naître. Il est tellement intime que je le garderai secret tant que l’écriture ne sera pas achevée. Cependant, un conseil ou un éditeur me persuadera peut-être d’en changer. Aucune importance ! Une fois terminé, le roman ne m’appartiendra plus tout à fait.

Peu à peu, les personnages principaux apparaissent. Je me glisse dans la peau du héros ou de l’héroïne, ou bien des deux. Je les imagine réagissant à telle ou telle situation. Je leur donne une personnalité, un physique, une voix, … et peu à peu, ils s’incarnent et prennent de l’épaisseur.
C’est une nouvelle phase de créativité qui démarre. Je me transforme en papier buvard. Je croque à la volée des personnages que je rencontre, au marché, dans la rue, à la poste, … En fait, je ne fais qu’observer et prendre des notes. Un bon mot, une phrase, une remarque, tout éveille ma curiosité. C’est un moment que j’affectionne particulièrement et qui me rend joyeux. Je me sens tout excité, à l’image d’un garnement qui fait des blagues à son entourage.
Aujourd’hui, au moment de me lever, je me suis rendu compte que j’en étais là.

Je ne vais pas tarder à ouvrir une liste de choses à réaliser. Trouver des coupures de journaux, faire une recherche sur internet, prendre contact avec une source que je pourrais interviewer, … Un vrai boulot de documentaliste, et même parfois de journaliste.
Et enfin, viendra la phase d’écriture…
Mais tout cela, c’est pour bien plus tard. Aujourd’hui, je me sens particulièrement espiègle et léger. Presque euphorique. Et vous savez quoi ? Je vais en profiter le plus longtemps possible.

*****

Cette semaine, point d’illustration poétique de Didier Regard 

Ne soyez pas trop déçus.
Même les poètes sont parfois en vacances à l’autre bout du monde…

 

Découvrez les poèmes de Didier Regard et aussi ses tercets

*****

Vagabondez dans mon univers, vous découvrirez des nouvelles et des romans, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie. Aimez, commentez et partagez sans modération, et surtout, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains billets !

Le contenu de Launayblog est sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :