… Faire une pause.


pause

 » … La vérité crois-moi, la voici : notre temps, on nous en arrache une partie, on nous en détourne une autre et le reste nous coule entre les doigts. Pourtant, il est encore plus blâmable de le perdre par négligence. Et, à bien y regarder, l’essentiel de la vie s’écoule à mal faire, une bonne partie à ne rien faire, toute la vie à faire autre chose que ce qu’il faudrait faire ».

Sénèque, Lettres à Lucilius, 30 XI 0063

 

Comme cette lettre datant de 2.000 ans raisonne encore aujourd’hui. Elle est si criante d’actualité, si adaptée à nos temps modernes, qu’il serait incongru de ne pas y souscrire.
Et pourtant, aujourd’hui ce n’est pas uniquement de prendre mon temps dont j’ai besoin. Non, ce dont j’ai un besoin urgent, c’est de faire une pause.
Ces temps de commémorations me désolent. Elles m’usent jusqu’à anéantir le reste de mon énergie vitale.
Sous prétexte d’affecter de ne pas oublier, on maintient l’opinion publique sous tension, on la confine dans la peur et l’émotion. Souvent inspiré par des desseins coupables, en rendant moult hommages médiatisés à des victimes transformées en porte-étendards, on renforce inexorablement ce que l’on redoute. De surcroît, on renforce chez certains l’orgueil d’avoir suscité des faits d’armes inhumains, et l’on met, sous les yeux et dans la tête d’esprits faibles, des idées de suicide et des images de martyrs victorieux.

Je suis fatigué. J’ai besoin de faire une pause … Un thé à la menthe dans une mosquée ? … Une barre de shit dans une banlieue ? … Une seringue dans une salle de shoot ? …  Allez, soyons fous, et pourquoi pas une galette des rois dans une église avec un verre de cidre ?

Comme vous pouvez le constater, après avoir lu ces quelques lignes, j’ai réellement besoin de faire une pause.

*****

C’est tout à fait ça, faire une pause
Pour repénétrer une cause
Revisiter des portes closes

Lourdes et fermées
Même parfois, blindées
Pour tout réinventer

Reprendre mon rythme
Ne plus être la victime
Pour caresser le sublime

(Didier Regard)

*****

N’hésitez pas à parcourir les différentes pages de ce blog. Les premiers chapitres de mes livres, deux nouvelles, la Plume de Didier Regard, des paroles de chansons et des liens vers le site musical de Marie : en quelques clics vous découvrirez nos univers.
Et si vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire, incitez vos amis à s’inscrire sur https://launayblog.com/, ou à cliquer sur les alertes LinkedIn et Tweeter (@pascalaunay).
Mais surtout, ne ratez pas le billet de la semaine prochaine !

***

Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

Article précédent
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. « Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras;
    Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas;
    Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force
    Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?
    Sacrilège meurtrier, si on pend un voleur
    Pour piller un butin de bien peu de valeur,
    Combien de feux, de fers, de morts et de détresses
    Mérites-tu, méchant, pour tuer nos déesses ? »…

    Ronsard a écrit cela il y a bientôt 500 ans.
    Les bûcherons grossiers du réel et du court terme, tuent nos rêves. Et ils ne connaissent aucune pause.

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  2. J’adore Ronsard. Merci Alain, bel à propos … comme souvent ! (je n’écris pas toujours pour ne pas te faire rougir ).

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :