Gros coup de fatigue !


C’est ainsi ! Il y a des semaines où l’on a la bêtise de se rendre compte que l’on en fait trop et que la fatigue n’est pas loin de nous terrasser, sans pour cela être incité à lever le pied.

Vous avez certainement connu cette situation.
Attention ! Je ne parle pas de ces fameux moments appelés « lune de miel », où tout ce que vous entreprenez vous réussit au point de sécréter de la dopamine à gogo, et de vous donner l’impression que vous marchez sur l’eau et surfez sur les nuages. Non, non, non ! Je vous parle de ces fameuses périodes où, quoique vous fassiez, quoique vous preniez en mains, tout, absolument tout, débouche inéluctablement sur un problème à résoudre, ou un effort insoupçonné. Et plutôt que d’en prendre acte, de séparer le bon grain de l’ivraie, en déléguant ou en remettant à plus tard ce qui ne représente pas une importance et une urgence absolue, vous êtes saisi d’une sorte de frénésie. Absolument convaincu que vous êtes en capacité de tout résoudre sur l’instant.
Dans ces moments-là, il semble même que les éléments se complaisent à pousser le bouchon, à chaque fois, un peu plus loin. Ils vous entraînent dans une sorte de jeu, pour simplement voir à quel moment vous allez craquer. Parce que, c’est écrit. Vous allez craquer. Ce n’est qu’une question de temps.

Eh bien, cette semaine, j’ai joué avec mes limites et je n’en suis pas fier. Car le résultat est sans appel : gros coup de fatigue … une fatigue pouvant même être qualifiée d’épuisement.
Conséquence, non seulement mon corps a fini par crier « stop », mais mon cerveau a également décidé de faire un grand pont. Il a fait son baluchon, ne me laissant en viatique que ces quelques lignes, ainsi qu’une bonne migraine. Oui ! Il s’en est allé pour aller voir ce qui se cachait derrière les étoiles, donnant du même coup congé à mes neurones. Il n’en fallait d’ailleurs pas plus pour que ces joyeux drilles en profitent, et se plaisent à batifoler gaiement et à fourmiller d’aise.
Seule consolation, un alignement parfait des planètes. Tout comme mon cortex, une grande partie de la France semble être en vacances, (ou en vacance, c’est selon), pour quelques jours … Une seule question désormais pour moi, tout comme pour le pays : mais quand sera sifflée la fin de la récréation ? Après l’Ascension, la Pentecôte, après la Trinité, ou la semaine des 4 jeudis ? 🤪

*****

Cette semaine, Didier Regard nous transporte …

À mener des guerres picrocholines
Tu finis par manquer de gazoline

À arpenter des murailles de Chine
Tu uses tes bottines

Mais, qu’est-ce que tu imagines
Que t’es en surcharge de dopamine ?

Non, il y a de la calamine
Et même avec tes amphétamines

Tu feras l’arrêt aux latrines
En lisant un magazine

Mais, c’est pas cette fatigue mesquine
Qui t’empêcheras d’écrire sur ton carnet en moleskine

Découvrez les poèmes de Didier Regard et aussi ses tercets

*****

Vagabondez dans mon univers, vous découvrirez des nouvelles et des romans, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie. Aimez, commentez et partagez sans modération, et surtout, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains billets !

Le contenu de Launayblog est sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

 

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :