une nuit entre cauchemar et spleen


L’heure est fort avancée. J’aspire à disparaître dans la profondeur du noir de la nuit. Le sommeil que je tente de rejoindre avec tant d’acharnement n’en finit pas de se dérober pour finalement me défier de plus belle.
Alors que j’ai épuisé toutes les techniques référencées au Panthéon des insomniaques, mon cerveau se plaît à butiner, tel un papillon, de pensées en pensées…
Soudain, allez savoir pourquoi, sans doute une association perverse, il se crispe une nouvelle fois sur le « je pense donc je suis » si cher à Descartes. À croire qu’il s’agit d’une terrible obsession. Car enfin, j’ai déjà eu l’occasion de pourfendre lors d’un billet d’humeur cette phrase fétiche des cartésiens. Est-ce parce que, comme tant d’autres pyromanes, j’éprouve un certain plaisir à brûler les idoles du passé, que renaît cette semaine un furieux besoin d’allumer un nouveau foyer ?
Qu’importe ! Allumons le feu ! Les flammes de l’enfer me mèneront peut-être chez Morphée… Et oui ! Bien que certains aient exprimé le contraire, mourir, n’est-ce pas dormir un peu ?

Dormir, dormir, dormir … Quel égoïsme ! Quelle perte de temps, quand je pense à la lourde responsabilité de mon existence ! La responsabilité de transmettre ce que j’ai contribué à réaliser, mais surtout de transmettre ce que j’ai reçu. Car mes amis, c’est bien à cet égard que Descartes se trompait. Le monde n’a pas commencé avec « je ». Il s’est passé tant de choses avant « moi » ! Tant de choses qui ne m’appartiennent pas, et sur lesquelles je n’ai aucun droit de censure. Quant à dissimuler ce que j’ai fait, ou contribuer à réaliser, là encore il ne m’appartient pas de ne retenir que ce qui m’arrangerait.
Soudain, un terrible vertige me prend : tant d’êtres ont vécu avant moi ! Alors, quel égocentrisme que de croire à ce « je », tout autant qu’à penser contribuer au « jeu » de la vie ! Ne serais-je pas à certains égards tout simplement « hors-jeu » ?
À cette pensée, je sens confusément mon souffle s’accélérer. Mon cœur cogne au creux de mes tympans. Des perles de sueur se cherchent un chemin entre mes faibles pectoraux…

Mais que s’est-il donc passé ces derniers jours, pour que j’en vienne à méditer avec une telle noirceur sur cette question dont apparemment tout le monde se moque, et qui par conséquent ne devrait pas être de nature à améliorer les statistiques de ce blog ? Beaucoup de mes chers abonnés ont déjà dû zapper ce billet d’humeur dans un ultime soupir d’ennui.
Quelle peut bien être la motivation de ce qui pourrait bien ressembler à un suicide « bloguien » ? Ai-je été traumatisé par l’un des développements d’une actualité plus nauséabonde que jamais ? Ai-je été perturbé par l’approche des bacs blancs de philosophie, (dont pourtant, il faut bien l’avouer, je me contrefous) ? Ai-je été happé par une méditation transcendantale qui m’aurait plongé dans les profondeurs abyssales du #Moi, du #Toi, et du #NousVousIls, (selon sa majesté Twitter) ?
Rien de tout cela ! Je me suis tout simplement interrogé, alors que j’ai pris conscience depuis quelques temps d’être parvenu à l’âge de la transmission, sur ce que je pouvais bien avoir à transmettre d’utile à l’humanité … Allez, soyons moins prétentieux … d’utile à mes congénères … Mmm, d’utile à mon entourage … ou d’utile tout court …
Des volets claquent, des chiens aboient, le jour fait une irruption brutale dans la chambre … Pour sûr, il est grand temps que je me réveille en affichant un grand sourire de gratitude envers la vie, sous peine de ne pas mériter d’exister !

*****

Et toujours, l‘inspiration de Didier Regard

C’est la nuit du spleen
Avec intention mesquine
Qui tourne dans ma bobine

Le spleen d’Aix
Qui dévore mon cortex
Qui fronce mes réflexes …

… Découvrez la suite du poème de Didier Regard

… Et lisez tous ses tercets

*****

Entrez dans mon univers en cliquant sur les différents onglets en haut de cette page, et découvrirez des nouvelles et des romans, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie. Aimez, commentez et partagez sans modération, et surtout, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains billets !

***
Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

 

Poster un commentaire

4 Commentaires

  1. SANDRA

     /  12 mars 2017

    Si un envoi de tendresse amicale peut atténuer certaines de tes nocturnes angoisses…j’en revendique un lot! Bises affectueuses et complices (que ne rumine-je, la vie, la mort, le jour, la nuit …tranchée?jamais, alors que de doutes, d’interrogations…et donc d’abyssales déstabilisation!), et ouf, comme tu l’évoques, le jour,la lumière, nous élèvent à nouveau de nos ténébreuses turpitudes…à bientôt le plaisir de se revoir, baci

    J'aime

    Réponse
  2. Ah! La question existentielle qui fait tourner les engrenages de nos pensées. Elle me tient éveillée aussi car, sans vouloir vous copier mon cher ami, j’en suis aussi à l’âge de la transmission… en fait, j’y suis ~ malgré mon presque jeune âge ~ depuis déjà un certain temps. Ces cogitations nocturnes me hantent aussi, elles détruisent ma sérénité, tourbillonne dans me rêves, agacent mes neurones cervicales qui voudraient bien qu’on leur foute la paix un brin à ces heures indues… elles ont d’autres choses à faire de pas mal plus important que de se faire harasser par des intrusions philosophiques qui s’insinuent sournoisement au milieu des vapeurs oniriques qu’elles essaient de gérer.

    Aaaahhhh! Que dire, sinon que je vais essayer d’aller dormir… en espérant que le silence mental peuplera ma nuit.

    Comme j’aimerais fermer à clé
    les tiroirs de ma pensée
    juste un brin
    pour enfin,
    toute une nuit me reposer.

    Bonne journée et/ou bonne nuit, Pascal 😀

    J'aime

    Réponse
    • Le pire dans ces « intrusions philosophiques », c’est qu’elles n’ont le plus souvent ni queue ni tête. Ce sont plutôt des histoires à dormir debout … Un comble !

      Merci pour ce poème dont l’esthétisme créatif chante à mes oreilles… Et pourquoi pas, un mantra salvateur pour m’endormir… 😉

      J'aime

      Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :