Au secours, le syndrome de l’imposteur me rattrape !


di-caprio

Le syndrome de l’imposteur m’étreint au fur et à mesure que j’avance au cœur du projet que je mène depuis plusieurs mois. Je sens ses griffes se refermer sur moi. Je n’aime pas ce mot tant il me semble laid, et pourtant il ne tardera pas à devenir réalité si je ne réagis pas : la procrastination me guette.

Mais quel est donc ce phénomène qui touche beaucoup d’entre nous dans ce type de situation ?  Á n’en point douter, le produit d’une peur : celle de n’avoir aucune légitimité sur le sujet traité.

Pour le thème auquel je m’attaque, je ne peux pourtant pas nier que mes résultats sont patents. Ils sont soulignés constamment par mon entourage et au-delà. Je pourrais même faire l’objet d’une parfaite illustration pour publicité comparative « avant / après ».
Alors, que se passe t-il dans mon cerveau ? On pourrait croire qu’une machine infernale en a pris les commandes pour mieux briser toute confiance et toute estime de moi.
Elle s’acharne à produire tous les arguments démontrant que je suis un réel imposteur ; une personne n’ayant fait que bénéficier d’éléments extérieurs favorables. C’est cela ! En fait, je dois être un grand chanceux qui a bénéficié d’un alignement parfait des planètes.
Je serai peu à peu persuadé que le diagnostic de départ était erroné ; je minimiserai l’ampleur du chemin parcouru ; je balayerai les constatations objectives des experts ; et enfin, je me focaliserai sur tout ce qui montre que le but ultime n’est pas atteint.
Je connais les rouages pervers qui se mettent en place un à un, et je sais les décortiquer en orfèvre … chez les autres. Mais lorsque le mécanisme entre en action dans ma petite tête, je me sens dépourvu de toute résistance à son égard.
Bientôt persuadé de tromper mon monde, je vivrai dans la hantise d’être découvert. Ah, que n’ai-je l’aisance d’un Leonardo di Caprio dans son costume de pilote d’avion !

Les mots des professionnels et leurs remèdes restent sans effet devant l’ingéniosité de l’échafaudage des arguments. Mon imagination est désormais sans limite.
Alors je vous en supplie, vous qui avez vaincu cette machinerie du Diable, donnez-moi le secret qui la fait définitivement exploser !

*****

L’inspiration de Didier Regard

De dendrites en axones
Le courant explore de nouvelles zones

L’aventurier de cette marche éperdue
Se retrouve quelque peu perdu…

Au milieu de la terra incognita
Qui fait craindre l’errata

Tournoyant alors dans les gyres
Où plus rien ne respire

Alors, la pensée demande
Avant de passer une nouvelle commande :

Est-ce la sénescence
Qui me fait douter du sens ?

En quoi suis-je légitime
Dans ma propre estime ?

Au milieu d’un monde en pleur
Où tout est mensonge

« L’usurpateur »
Plonge !!!

 Et Moi, oui, Moi
Pourquoi n’aurai-je pas ce droit ?

découvrir tous les poèmes de Didier Regard Et aussi tous ses tercets

*****

Tous les commentaires sont les bienvenus. Outre le plaisir de vous lire, c’est aussi l’occasion pour moi de puiser l’inspiration à votre source.
Entrez dans mon univers en cliquant sur les différents onglets en haut de cette page, et découvrirez d’autres écrits, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie.

Vous aimez ce rendez-vous hebdomadaire ? Incitez vos amis à s’abonner à ce blog pour recevoir les Billets d’Humeur de Pascal Launay ainsi que la Newsletter « Les 5BN ». Mais surtout, oh oui surtout, ne ratez pas les prochains billets !

***
Contenu Launayblog sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Que dirait cet orfèvre à Pascal s’il était amené à le conseiller?…
    Peut-être que sa forte valeur portée sur l’humilité en vient à fausser son regard quant à l’objective réalité?
    Aussi « parfait » que soit l’alignement des planètes qui vint à te fournir ces éléments extérieurs dont tu t’estimes être chanceux (!), cela ne reste que des éléments extérieurs, rien de plus. Le fait qu’ils deviennent favorables, ça en revanche, ne peut que t’être dû. A rien ni personne d’autre, à toi. Quelle imposture pourrait alors se tramer ici, si ce n’est celle que tu te portes à toi-même, dans le regard porté sur toi-même?
    (Simple suggestion spontanée évidemment)
    Amicalement.
    H

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :