Peut-on apprendre à une vache à voler ?



J’ai la chance de posséder un vieux flipper mécanique. Pour les connaisseurs, ou pour les personnes de ma génération, il s’agit d’un Gottlieb, modèle V
ulcan, sur lequel je jouais dans les cafés, l’année où je passais mon BAC. Je ne sais pas pour vous, mais certains bruits m’ont tellement marqué, qu’ils sont imprimés à vie dans mon cerveau. Lorsque je les entends, ou que je me les remémore, ils font vibrer mon cœur si fort, qu’ils font jaillir souvenirs et émotions. « Tacatacatac, tacatacatac, tacatacatac, tac ! ». Ah, ce bruit de remise à zéro des compteurs … Pas de doute, il fait partie de mes madeleines de Proust.

Bref, au-delà des stigmates naturels de la vieillesse, les fêtes de fin d’année ont mis furieusement mon flipper à contribution au point d’exiger une bonne révision. Mais où trouver un prestataire compétent qui, de surcroît, pourrait accepter de se déplacer dans ma campagne ? Ce fut le challenge de ce tout début de semaine.
Quelques clics sur internet, renforce mon appréhension quant à la difficulté des recherches à entreprendre… Je tente finalement un coup de fil, et lorsqu’une voix mécanique m’invite à laisser un message, c’est sans grande conviction que je m’exécute.
Pourtant, un appel téléphonique retentit le soir même, peu après 19h00. S’excusant de l’heure tardive de son appel, un monsieur m’invite à exposer la nature de ma demande. Après m’avoir soumis sur un ton convivial à un interrogatoire technique en règle, à ma grande surprise, il veut tout savoir de l’histoire qui me relie à ce flipper. Difficile de ne pas ressentir la passion qui l’anime. Et lorsqu’il prend la parole, compétent et clair, je suis abasourdi du détail de ses connaissances sur un appareil tout de même vieux de 40 ans. Enfin, non seulement il diagnostique les travaux à réaliser, mais il tient à me faire un devis détaillé en ligne. Son seul souci : intervenir de telle sorte que je sois satisfait et que lui-même prenne du plaisir lors des 3 heures qu’il va passer chez moi…

Voilà comment ma semaine a débuté !
La chose la plus extraordinaire est que pas un jour n’a suivi sans que je ne sois mis en contact avec des personnes au profil identique : un livreur de fioul, deux sous-traitants liés à une grande enseigne d’appareils électroménagers, l’employée du centre d’appel d’une compagnie de ferry, une autre d’une compagnie maritime, le salarié d’une chaîne de magasins, … À chaque fois, on eut réellement dit qu’un ange ou une fée bienveillante, ou les deux, étaient intervenus. À moins que ce ne soit la parfaite illustration de la loi de l’attraction ?!
Peut-être était-ce vraiment le cas, mais en bon cartésien, je n’ai pu m’empêcher de chercher une explication.

Au premier abord, ces personnes n’avaient aucun point commun : ni le sexe, ni l’âge, ni le statut ; que ce soit au téléphone, en face à face, derrière ou devant un comptoir ; qu’il s’agisse d’une prestation payante ou gratuite ; que ce soit une erreur de ma part ou pas… Chacune d’entre elles a fait tout ce qui était en son pouvoir (et même un peu plus) pour répondre à mon besoin, et chacune s’est assurée que je sois tout bêtement content.
Comme vous l’imaginez certainement, une interrogation a très vite surgi dans mon esprit. Mais comment est-ce possible ? …

Serais-je tombé sur un essaim de personnes fortement sensibilisées à l’importance des relations clients ? Malheureusement, l’expérience m’a montré que toutes les techniques, tous les outils, toutes les formations, tous les consultants, tous les … , auront beaucoup de mal à apprendre à une vache à voler ! Elle courra peut-être un moment, mais pour ce qui est de voler …
Alors, après mûre réflexion,  je pense tout simplement avoir rencontré des gens qui prennent plaisir à traiter leurs clients comme ils aimeraient être traités eux-mêmes, pour peu que ces clients se comportent avec humanité. Et vous savez quoi ? Nous sommes trop fixés sur les mauvaises expériences, alors que rencontrer des personnes semblables à toutes celles avec qui j’ai été en relation cette semaine est beaucoup plus fréquent que l’on ne croit ! Seulement, avouons-le, nous sommes plus enclins à nous rappeler des expériences catastrophiques ou mêmes moyennes, que des meilleures…

*****

Et toujours, l’inspiration du poète …

On te donne trois balles….
Tu coupes ton Téléphone
Tes cheveux grisonnent
Tu vises l’extra-ball

Tu tires vers toi
Puis, tu relâches
La bille roule sur le bois
Ah, la vache….

C’est flippant
Cette sphère qui toujours descend
Que tu remontes tout le temps
Tu deviens un tarzan

Ajustant la trajectoire
Vers la target
Et tu veux y croire
Mais le Tilt te guette

Flipper n’est pas qu’un dauphin
Tu vas arriver à tes fins
Avec ce champignon malin
Mais c’est Tilt, ton chemin

Découvrez les poèmes de Didier Regard et aussi ses tercets

*****

Vagabondez dans mon univers, vous découvrirez des nouvelles et des romans, les poèmes de Didier Regard, et aussi les chansons de Marie. Aimez, commentez et partagez sans modération, et surtout, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains billets !

Le contenu de Launayblog est sous Copyright déposé auprès de Copyrightdepot.com

 

Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. En effet, vous avez raison. C’est pour cela que je m’efforce de toujours trouver un ch’tit qq chose de beau pour détourner mon attention du moins beau ou du carrément laid. Vous avez été très « chanceux » de trouver ces gens sur votre route… juste gratitude à l’Univers qui les a placé sur votre route… peut-être pour vous convaincre que tout n’est pas aussi sombre qu’on le croit dans notre monde.

    Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens merveilleux autour de nous mais… peut-être ne les voyons-nous pas vraiment car nous sommes trop occupés à chercher des puces sur le dos des « pas corrects ». Faut dire aussi, que beaucoup de ces « pas corrects » nous sautent en pleine figure et prennent toute la place alors, peut-être ~ tout comme un rideau ~ devrions-nous apprendre à les tasser pour voir au-delà de leur méchanceté, où se trouvent les vrais humains au grand cœur.

    Bonne Année 2018, mon ami 😀

    J'aime

    Réponse
    • Vous avez totalement raison.
      Après avoir écrit ce billet, je me suis souvenu d’en avoir écrit un jour un autre ayant pour titre « Gare à la poutre ». Il traitait d’une phrase présente dans le Nouveau Testament : « Tu remarques la paille dans l’œil de ton frère, mais tu ne remarques pas la poutre qui est dans le tien ! ». C’est sans doute aussi l’une des dimensions à prendre en compte au sujet de notre fixette (ou plus exactement une source de projection …).

      Très belle année également. Et que nos échanges épistolaires amicaux se poursuivent tout au long de 2018 !

      Aimé par 1 personne

      Réponse
  2. Tu écris comme un Livre, et ça fait du bien ! merci pour cela, Pascal.
    Cette semaine, j’ai aussi rencontré des personnes semblables à ce que tu décris : il y en avait plein, nous étions trente.
    Et sais-tu ce que je me suis dis ? je me suis dis que depuis peu, j’avais bien changée.
    Je suis une femme heureuse, enfin, et je me remercie pour cela aussi.
    Bien à vous…

    Aimé par 2 personnes

    Réponse
  3. Juste pour le titre, un vieux proverbe de pilotes : « quelque soit la longueur de la piste, on ne fera jamais décoller une vache »…
    Pour le texte : merci pour ce grand bol d’air frais optimiste

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :